Les accomplissements professionnels de Patricia (« Pat ») Dillon sont sans pareil dans l’histoire minière canadienne, car ils englobent des postes de direction dans les associations du secteur et des initiatives de relations externes afin d’aider le secteur à s’adapter aux changements sociaux et à tracer la voie vers un avenir plus durable. Elle a rejoint les rangs de Teck Resources en tant que géologue en 1979, puis a gravi les échelons à mesure qu’elle a développé ses capacités organisationnelles et de communication. Cette expérience lui a mis le pied à l’étrier pour des postes de bénévolat au sein de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (ACPE) et de l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (ICM). Elle a occupé les postes de présidente de comité, membre du conseil d’administration et présidente des deux organisations, et elle a commencé très tôt à défendre le concept de responsabilité sociale d’entreprise (RSE). Mme Dillon a également contribué aux initiatives RSE de l’Association minière du Canada (AMC), notamment « Vers le développement minier durable » et « Travaux d’exploitation pour le Canada ». Sa plus grande contribution a été de fonder et de diriger Mining Matters, une organisation caritative orientée vers l’éducation des jeunes en matière de sciences de la Terre, de l’industrie des minéraux et de leurs rôles dans la société.

Image

Mme Dillon est née à Toronto et a obtenu un baccalauréat en Sciences en géologie en 1974 et un baccalauréat en Éducation en 1976 de l’Université de Toronto. La géologie n’était pas un choix de carrière courant pour les femmes de l’époque, mais son poste de débutante au sein de Teck lui a permis de mener une carrière de 32 ans et de devenir l’un des chefs de file les plus renommés de l’industrie dans les années 1990 et le début des années 2000. L’industrie se heurtait à beaucoup d’obstacles à l’époque, et ses associations ont reconnu que des mesures devaient être prises afin d’améliorer la performance et augmenter les connaissances de l’industrie minière auprès des gouvernements, des enseignants et du grand public. Mme Dillon a joué un rôle primordial dans l’initiative innovante de l’AMC appelée « Vers le développement minier durable », qui a permis d’améliorer les relations entre l’industrie minière et les communautés autochtones.

Mme Dillon a grandement contribué à la réussite de l’ACPE à plusieurs reprises depuis 1993, y compris en qualité de présidente de 2006 à 2008. Elle était la présidente de Mining Millennium 2000, une conférence organisée conjointement par l’ACPE et l’ICM qui a proposé des forums sur la RSE et le futur rôle du secteur minier dans la société et elle était membre du comité de l’ACPE qui a mis au point l’initiative E3 originale. Elle était également la directrice du projet de vidéo « Mining New Opportunities » (Exploiter de nouvelles opportunités, en français) de l’Ontario Mining Association pour les Premières Nations de l’Ontario. Mme Dillon est l’ancienne présidente du Conseil des ressources humaines de l’industrie minière et l’ancienne co-présidente de son Comité national de pilotage qui a produit le rapport « Prospecter l’avenir » en 2005. Elle a également occupé le poste de présidente du groupe de travail de communications du Conseil International des Mines et Métaux.

La contribution la plus marquante de Mme Dillon est Mining Matters de l‘ACPE, une organisation caritative qui a célébré ses 25 ans en 2019. Elle est la présidente et directrice générale de l’organisation, qui a fourni des ressources pédagogiques afin d’offrir des connaissances minérales à plus de 800 000 étudiants et enseignants du Canada, en anglais, en français et dans plusieurs langues autochtones.

Patricia Dillon a reçu la médaille des anciens présidents, le prix pour services remarquables et le prix de la confrérie de l’ICM, et le prix pour services remarquables de l’ACPE, en reconnaissance de son travail. Elle a également reçu la médaille du jubilé de la reine Élisabeth II, a été nommée « Superhéroïne de l’industrie » par le Musée des sciences et de la technologie du Canada et a été reconnue comme l’une des 100 femmes les plus inspirantes du secteur minier mondial en 2014 par Women in Mining (UK).

 

DÉCOUVRIR

James McCrea a joué un rôle déterminant dans la construction de mines dômes dans l'un des géants de l'industrie minière canadienne. Il est responsable de l'acquisition et du développement de la mine Sigma de Dome dans le nord-ouest du Québec au début des années 1930, qui produit de l'or depuis 56 ans, et la mine d'or Campbell Red Lake, l'une des premières canadiennes... Pour en savoir plus
<i class="dfd-added-font-icon-right-open"></i>